Investissements ESG et socialement responsables dans le secteur des capitaux privés

| 3 minutes

Bien que la prise en compte des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) lors de prise de décisions d’investissement existe depuis longtemps, les critères ESG et l’investissement socialement responsable sont devenus beaucoup plus répandus parmi les promoteurs de placements privés ces dernières années. La Banque mondiale estime, qu’à l’échelle mondiale, les actifs gérés par des fonds de capital-investissement axés sur les impacts ont augmenté d’environ 19 % par année au cours des cinq dernières années. Étant donné que les considérations ESG et l’investissement socialement responsable deviennent de plus en plus courants, les promoteurs devraient s’attendre à ce que les commanditaires et divers autres intervenants exigent davantage de compte rendus de nature autre que financière.

Aujourd’hui, plus de 150 gestionnaires de placements et propriétaires d’actifs au Canada sont signataires des Principes pour l’investissement responsable (PIR) des Nations Unies, dont les cinq plus grandes banques canadiennes et la majorité des plus grands fonds de pension du Canada. PIR est une initiative visant à promouvoir l’investissement responsable dans diverses catégories d’actif, y compris le capital-investissement privé, et exige que chaque signataire fasse publiquement rapport de son activité d’investissement responsable.

Considérations pour les promoteurs

Diligence : La prise en compte des facteurs ESG peut jouer un rôle important dans l’atténuation du risque. Au cours du processus de financement, les promoteurs devraient mettre en place une politique ESG et être prêts à répondre aux interrogations des commanditaires relativement aux critères ESG. Ils doivent entre autres être en mesure de fournir des renseignements sur leur processus de vérification diligente raisonnable. L’adoption d’une politique ESG ne devrait pas être considérée comme une simple case à cocher. Les promoteurs auront intérêt à avoir de l’information disponible sur leur modèle de production de rapports ESG au niveau des sociétés de portefeuille et ils devront être en mesure de montrer concrètement les façons dont ils intègrent les paramètres ESG dans l’évaluation du rendement des sociétés de portefeuille. Les promoteurs devraient également tenir compte des situations de retrait proposées et tenir compte de la disponibilité de retraits responsables qui n’impliquent pas leur mission sociale ou celle d’une société de portefeuille.

Règlementation : À mesure que cette lancée se poursuit, de nouveaux risques réglementaires pour les promoteurs et leurs investisseurs émergent. La réglementation souple continue de se développer grâce aux régimes de réglementation volontaires et à un éventail de lois et de règlements relatifs aux critères ESG déjà en place dans certains secteurs. Bien que les exigences en matière de divulgation soient généralement fondées sur l’importance relative, les critères ESG devenant de plus en plus courants, il est possible que les exigences en matière de divulgation puissent évoluer de sorte à inclure de telles considérations. Les promoteurs peuvent également faire face à une pression accrue de la part de tous les paliers de gouvernements, à mesure que ceux-ci répondent à leurs engagements locaux et internationaux de s’attaquer aux répercussions des critères ESG auprès des entreprises qui mènent leurs opérations dans leur territoire de compétence. Une réglementation accrue peut augmenter les risques de nature juridique, réputationnelle et financière pour les promoteurs et leurs investisseurs, dans les situations où les promoteurs ne gèrent pas efficacement les enjeux relatifs aux critères ESG.

Auteurs

Abonnez-vous

Recevez nos derniers billets en français

Inscrivez-vous pour recevoir les analyses de ce blogue.
Pour s’abonner au contenu en français, procédez à votre inscription à partir de cette page.

Veuillez entrer une adresse valide