Le Baromètre AQT : les résultats d’une enquête sur les conditions du marché et la force du secteur des TIC au Québec

Une récente enquête menée auprès des entreprises du secteur des technologies de l’information et des communications (« TIC ») du Québec a révélé des résultats encourageants et a décelé certains obstacles à la croissance et à l’investissement. SOM, pour le compte de l’Association québécoise des technologies (« AQT »), a mené une enquête auprès de 650 entreprises en TIC du Québec comptant entre 4 et 500 employés et a analysé les données recueillies auprès de 495 de ces entreprises. L’enquête était parrainée par Développement économique Canada et McCarthy Tétrault.

Voici un résumé de quelques-uns des résultats clés tirés de l’enquête.

  1. La plupart des entreprises en TIC au Québec sont en pleine croissance. Parmi les entreprises ayant répondu à l’enquête, 67 % ont indiqué que leurs revenus avaient augmenté au cours du dernier exercice financier comparativement à l’année précédente, et 86 % des entreprises prévoyaient que leurs revenus augmenteront pendant l’exercice financier en cours.
  2. Les exportations constituent une importante source de revenus pour bon nombre d’entreprises en TIC situées au Québec. Seulement 27 % des entreprises en TIC vendent exclusivement leurs produits et services au Québec, alors que 29 % des entreprises en TIC du Québec effectuent des ventes en Europe et 41 % effectuent des ventes aux États-Unis.
  3. Les postes en R&D sont plus nombreux que ceux en vente et en commercialisation. L’enquête a examiné la répartition des employés selon les postes qu’ils occupent, car la répartition des employés peut avoir une incidence sur la croissance de l’entreprise. Selon les résultats de l’enquête, 33 % des employés des entreprises en TIC au Québec travaillent en R&D, alors que 18 % des employés sont affectés à des tâches de vente et de commercialisation. Ces résultats semblent corroborer l’idée reçue selon laquelle les entreprises en TIC au Québec excellent en innovation, mais souvent ne parviennent pas à exploiter le potentiel commercial de leurs créations.
  4. La gestion de la qualité est devenue une pratique courante. Une grande majorité des entreprises vendant des solutions technologiques ont mis en œuvre un processus officiel afin de structurer l’élaboration de nouveaux produits et services. Vingt-quatre pour cent de ces entreprises ont recours à une méthode de gestion de la qualité fondée sur des normes internationales (ISO, ITIL, etc.), alors que plus de la moitié d’entre elles ont recours à une méthode élaborée par l’entreprise elle-même.
  5. Une pénurie de main-d’œuvre qualifiée constitue un obstacle à la croissance. La pénurie de main-d’œuvre qualifiée constituait l’une des trois principales contraintes pouvant avoir une incidence sur la croissance de ces entreprises. Toutefois, l’immigration pourrait être une solution. Un tiers des répondants disposant d’un plan stratégique envisage de procéder à des embauches en ayant recours à l’immigration.
  6. Les entreprises en TIC au Québec pourraient améliorer leurs mesures de protection liées à leur propriété intellectuelle. Huit pour cent des entreprises ne protègent pas leur propriété intellectuelle du tout et 32 % protègent leur propriété intellectuelle en innovant constamment, de sorte qu’elles devancent toujours leurs concurrents. Cela signifie que 41 % des entreprises en TIC n’ont recours à aucun mécanisme afin de protéger leur propriété intellectuelle, que ce soit au moyen d’un contrat ou en enregistrant leurs droits de propriété intellectuelle.

Dans le rapport de l’AQT sur les résultats de l’enquête, McCarthy Tétrault a commenté les meilleures pratiques qu’une entreprise en TIC devrait adopter afin de mieux protéger ses actifs de propriété intellectuelle. Afin de regrouper ses actifs de propriété intellectuelle et de confirmer la propriété de ses droits de propriété intellectuelle, une entreprise devrait obtenir des cessions de droits écrites auprès de ses employés, pigistes, entrepreneurs et consultants. En outre, les employés devraient recevoir une formation portant sur la nature et l’importance de chaque type de propriété intellectuelle pour l’entreprise. En bref, les entreprises en TIC ne devraient pas hésiter à demander conseil à des experts en propriété intellectuelle sur la façon de protéger et d’utiliser leurs droits de propriété intellectuelle afin d’exploiter leur plein potentiel de marché.

Association québécoise des technologies droits enquête entreprises en TIC exportations gestion de la qualité main-d’œuvre qualifiée marché propriété intellectuelle R&D revenus technologies technologies de l’information et des communications

Authors

Subscribe

Stay Connected

Get the latest posts from this blog

Please enter a valid email address