Article – détails



Article

Regard sur l’avenir : Prévisions de l’équipe de fusions et acquisitions de McCarthy Tétrault

Date

28 août 2008

AUTEUR(s)

Richard Balfour
Garth M. Girvan
Richard A. Shaw
Lorna J. Telfer
David B. Tennant


  • Le dollar canadien demeurera fort, mais à long terme la parité est susceptible de ne pas être maintenue une fois que les États-Unis auront réglé les questions relatives au marché du crédit et aux dépenses fédérales. Il y a donc maintenant un créneau pour les opérations effectuées par des Canadiens au sud de la frontière, notamment dans les secteurs où la valeur a chuté dramatiquement, par exemple dans le secteur de l’immobilier et les secteurs liés à l’immobilier comme la vente au détail et les institutions financières.
  • Les conversions de fiducies de revenu inciteront tous les conseils d’administration à évaluer les possibilités de vente ou de fusion. Ces conversions sont plus susceptibles de survenir lorsque les indicateurs de base du marché peuvent continuer à soutenir les valeurs quasi fiduciales. Nous assisterons à la privatisation de ces fiducies lorsque leur valeur chutera en deçà de la valeur établie avant leur constitution, cette privatisation sera effectuée afin d’éviter les frais engagés par les sociétés publiques et l’examen minutieux de leurs activités.
  • Les sociétés des secteurs de la foresterie et de l’automobile, ainsi que certaines industries manufacturières qui sont tributaires d’un dollar canadien plus faible lutteront pour leur survie et représenteront une source de fusions et acquisitions, et certaines de ces sociétés se placeront presque assurément sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies.
  • Les capitaux privés seront investis de façon plus prudente et on se préoccupera davantage des questions d’arrangements dans les entreprises dans lesquelles ces capitaux seront investis. Dans le même ordre d’idées, bon nombre de sociétés au Canada, notamment dans le secteur minier, disposent d’importants soldes de trésorerie permettant ainsi d’accorder la priorité aux acheteurs stratégiques (les sociétés faisant partie du même secteur qui peuvent améliorer leur rendement par l’intermédiaire d’une fusion et acquisition) par rapport aux acheteurs financiers (capitaux privés).
  • Les projets de toute sorte liés à l’énergie (nucléaire, énergie propre, etc.) continueront d’attirer le capital.
  • Les joueurs mondiaux s’intéresseront davantage aux sociétés ouvertes canadiennes qui produisent des aliments, comme des céréales ou des produits connexes comme la potasse.
  • Les sociétés liées à l’énergie nucléaire, que ce soit par la construction de centrales (Bruce Power) ou l’extraction d’uranium, susciteront l’intérêt.
  • Les sociétés minières canadiennes continueront d’être perçues comme des investissements à long terme bon marché par les pays ayant besoin notamment d’acier, de cuivre et de zinc.

Le présent article a été rédigé par le groupe de fusions et acquisitions de McCarthy Tétrault et a été publié initialement dans un bulletin d’information spécial intitulé The Changing Dynamics of the Deal, publié par The Globe and Mail Report on Business le 16 juin 2008. Certains des événements ou certaines des tendances dont il est question dans le présent article ont déjà commencé à se réaliser depuis cette date.

Expertise